Pathologie aviaire

 

Cette rebrique ( pathologie aviaire ) est reprise de cite avicampus ou vous trouverez un bref résumé, une fiche détaillée et éventuellement,  d’autres ressources documentaires. voir lien de cite dans notre rebrique lien / : wwww.avicampus.fr

 

La maladie de Gumboro

Voir la fiche

En bref : La maladie de Gumboro, décrite pour la première fois en 1962 dans la ville de Gumboro (Delaware, USA) représente une des toutes premières maladies de par son importance économique, dans toutes les régions du monde. Des formes sévères de la maladie de Gumboro sont apparues en Europe en 1987, associées à des « virus hypervirulents ». Ces souches très pathogènes se sont ensuite propagées à de nombreux pays.

 

La maladie de Marek

Voir la fiche

En bref : La maladie de Marek est un lymphome d’origine virale, associé à des tumeurs nerveuses ou viscérales. Cette maladie est véritablement apparue comme une contrainte majeure pour la production avicole mondiale au cours des années 1960, avec l’émergence de variants pathogènes. Depuis, la diffusion de la vaccination a permis la maîtrise relative de cette infection : des accidents, liés à de mauvaises pratiques vaccinales ou des isolats particulièrement pathogènes sont régulièrement observés.

 

Les leucoses aviaires

Voir la fiche

En bref : Les leucoses aviaires sont un groupe de maladies tumorales du poulet, connu depuis longtemps. Il cause une variété de lésions tumorales, malignes ou bénignes. L’impact est surtout économique, avec des pertes dues à des baisses de gain de poids ou de production d’œufs. La leucose lymphoïde est la forme la plus observée sur le terrain.

 

L’anémie infectieuse du poulet

Voir la fiche

En bref : L'anémie infectieuse (AI) du poulet est causée par un virus de la famille desCircoviridae. Elle est caractérisée par une anémie aplasique, avec déplétion des tissus lymphoïdes, des hémorragies sous-cutanées et intramusculaires, et une immunodépression

 

La bronchite infectieuse

Voir la fiche

En bref : La bronchite infectieuse est une maladie virale de distribution mondiale, très fréquente et très contagieuse. Elle entraine de grandes pertes dans la production d’oeufs et le gain de poids, et peut aussi provoquer des saisies à l’abattoir. Elle est décrite pour la 1ère fois en 1930 aux USA sous la forme respiratoire, puis dans les années 40 pour la forme reproductrice et dans les années 60 pour la forme rénale.

 

La laryngotrachéite infectieuse (LTI)

Voir la fiche

En bref : La laryngotrachéite infectieuse (LTI) est une maladie respiratoire virale très contagieuse. Son incidence actuelle est limitée, mais elle peut entraîner de sévères pertes économiques. Si elle concerne essentiellement l’aviculture des pays chaud (Maghreb), des cas sporadiques apparaissent régulièrement en France

 

Les métapneumoviroses aviaires (ou rhinotrachéite infectieuse de la dinde)

Voir la fiche

En bref : Les métapneumoviroses aviaires sont des maladies respiratoires, décrites depuis les années 1970. Elles regroupent 2 maladies à symptômes et lésions semblables : la rhinotrachéite infectieuse de la dinde (RTI) et le syndrome infectieux du gonflement de la tête de la poule (SIGT) ou « grosse tête infectieuse » (GTI). Des infections ont été récemment décrites chez les canards.

 

La variole aviaire

Voir la fiche

En bref :La variole aviaire est une maladie virale à l’origine de lésions cutanées sur les parties non emplumées et de lésions diphtériques ou prolifératives sur les parties supérieures du tube digestif et de l’appareil respiratoire. C’est une maladie importante, connue depuis longtemps, et qui est encore une contrainte sanitaire dans les régions chaudes.

 

L’encéphalomyélite infectieuse aviaire

Voir la fiche

En bref :L’encéphalomyélite infectieuse aviaire est une maladie infectieuse affectant essentiellement les jeunes volailles. Cette maladie avait une réelle importance économique jusqu’à l’apparition de la vaccination qui a considérablement diminué son impact.Pour chaque maladie, vous trouverez un bref résumé, une fiche détaillée et éventuellement, d'autres ressources documentaires

Les colibacilloses (infections à Escherichia coli)

Voir la fiche

En bref : Les colibacilloses sont sans doute les infections bactériennes les plus fréquentes et les plus importantes en pathologie aviaire. Elles peuvent entrainer de la mortalité, des baisses de performances et des saisies à l'abattoir. Contrairement aux infections des mammifères, les colibacilloses aviaires prennent des formes générales, avec une voie d'entrée respiratoire ou génitale. La plupart des colibacilloses sont des surinfections, à la suite d'infections virales ou bactériennes (mycoplasmes respiratoires notamment).


La pasteurellose ou cholera aviaire (infections à Pasteurella multocida)

Voir la fiche

En bref : La pasteurellose est une maladie infectieuse, due à Pasteurella multocida, affectant de nombreuses espèces d'oiseaux. Elle doit son nom à Pasteur qui a précisé les caractéristiques du germe en cause, qui avait été découvert dès 1879 par Toussaint. On rencontre la maladie dans le monde entier, sous forme sporadique ou enzootique, aiguë ou chronique


Les mycoplasmoses aviaires

Voir la fiche

En bref : Les mycoplasmoses aviaires sont des infections respiratoires, génitales ou articulaires. Ce sont des maladies insidieuses, courantes, qui ont néanmoins régressé ces dernières années, suite aux efforts d'éradication dans les troupeaux reproducteurs. Elles entraînent de lourdes pertes économiques.


L'ornithobactériose (infection à Ornithobacterium rhinotracheale)

Voir la fiche t;

En bref : Les infections à Ornithobacterium rhinotracheale sont de découverte récente (1993). O.rhinotracheale fait partie des germes participant aux syndromes respiratoires, essentiellement chez la dinde.


Les clostridioses digestives aviaires (infections à Clostridium perfrigens)

Voir la fiche

En bref : L'entérite nécrotique est une maladie bactérienne digestive fréquente en élevage de poulets et de dindes. Si l'étiopathogénie de l'agent est bien connue, les facteurs déclenchants sont encore discutés. La résurgence de cette maladie a cependant coïncidé avec des changements dans l'alimentation des volailles. Outre des conséquences cliniques (mortalité), la maladie a aussi des répercussions économiques importantes : surcoût médicamenteux, sous-performance zootechniques, augmentation des saisies en abattoir.


Le botulisme (intoxination à Clostridium botulinum)

Voir le dossier
Voir le poly ENV
Voir la vidéo
En bref : Le botulisme aviaire est une toxi-infection, considérée comme rare en élevage avicole, mais pour des raisons encore inexpliquées, elle connait une forte recrudescence en France en 2007.
Au-delà de la détection et de la gestion des foyers observés sur le terrain, se pose la question de l'évaluation du risque pour la santé humaine


Le coryza infectieux ou hémophilose aviaire (infections à Haemophilus paragallinarum)

Voir la fiche

En bref : Le coryza infectieux est une maladie bactérienne, affectant le système respiratoire supérieur. Elle est caractérisée par une inflammation aiguë de l'appareil respiratoire haut. Son impact semble moins important aujourd'hui, et est surtout économique, en relation avec des baisses de performance.


La tuberculose aviaire (infections à Mycobacterium complexe avium)

Voir la fiche

En bref : La tuberculose est une maladie infectieuse, contagieuse, commune à l‘homme et à de nombreuses espèces animales. La tuberculose aviaire est devenue rare en élevage industriel, se limitant surtout aux élevages fermiers. Par contre, elle pose un problème de Santé Publique en raison de la possible transmission de la maladie de l'oiseau à l'homme.


La staphylococcose (infections à Staphylococcus aureus)

Voir la fiche

En bref : La staphylococcose est une infection opportuniste qui se manifeste surtout au niveau locomoteur. Elle est responsable de baisses des performances zootechniques, de saisies à l'abattoir et de toxi-infections alimentaires.


La riemerellose (infections à Riemerella anatipestifer)

Voir la fiche

En bref : La riemerellose est une infection des palmipèdes et de la dinde, dûe à Riemerella anapestifer, anciennement dénommée Pfeifferella, Pasteurella ou Moraxella anapestifer. Mise en évidence au début des années 70 en France, elle est devenue ces dernières années une dominante de la pthologie des palmipèdes, à l'origine de pertes économiques importantes.


 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site